Pages Navigation Menu

Luxe, Lifestyle, Mode, Déco, Design, High-Tech

Les arbres palissés et les outils de taille

Les arbres palissés et les outils de taille

Si je ne suis pas beaucoup sur Pleasureblog en ce moment, c’est surtout parceque je m’adonne à la taille des arbres fruitiers et plus particulièrement des espaliers qui remplissent mon jardin. Je me suis dis que, tant qu’à faire ce peu, j’allais rédiger un article sur le sujet (on ne sait jamais, que l’un des lecteurs soit dans le même cas). Certains se diront qu’on ne taille généralement pas les arbres fruitiers en été … et bien si, c’est ce que l’on appelle plus communément la « taille au vert » – contrairement à la taille d’hiver et de printemps appelée la « taille au sec » – et cette dernière a pour but d’éliminer les pousses de l’année trop envahissantes, dégager les fruits et aider les arbres à faire arriver les fruits à maturité.

Les arbres palissés et contre-palissés

Dans les jardins où l’on n’a pas la place d’accueillir un arbre fruitier de taille importante, les arbres fruitiers formés sont très intéressants. Ils prennent moins de place, vous permettant de multiplier les variétés. Ils se palissent contre un mur, en ligne le long d’une allée. Qui plus est , la plupart des arbres fruitiers peuvent se palisser : pommier, poirier, cognassier, pêcher, abricotier, …

Cette pratique de la taille date du XVIIe siècle et a été développée sous l’impulsion de Jean-Baptiste de La Quintinie par les jardiniers des châteaux et des monastères, pour des raisons avant tout esthétiques. Ces formes très contraignantes sont restées populaires en Europe jusqu’au milieu du XXe siècle, avant d’être remplacées par des formes plus libres nécessitant moins de taille.

Il existe donc un grand nombre de formes palissées : le cordon (le plus simple) que l’on peut combiner avec d’autres hauteurs d’arbres en cordon, la palmette double à faire grimper horizontalement, la palmette oblique et surtout, pour les belges (comme moi), la palmette Verrier remise à l’honneur par les incontournables Paul et André Chotard (dont j’ai la chance d’avoir certaines de leur dernières réalisations provenant de la pépinière d’Enghien, avant déplacement des cultures).

chotard

Ils ont un très faible encombrement tout en produisant énormément. Ils nécessitent un tuteurage très solide, avec la pose de câbles pour accrocher chaque branche. Sans ces guides, l’arbre peut ployer sous le poids des fruits.

Les outils pour la taille des arbres palissés

Afin de ne pas faire n’importe quoi, il faudra vous armer de bons outils. En effet, un outil mal aiguisé risquerait de blesser l’arbre et d’entraîner la formation de champignons amenant une nécrose d’une branche ou une maladie. Je conseille d’ailleurs à tous ceux possédant des arbres fruitiers de faire venir, au moins une fois chez eux, un élagueur spécialisé pour suivre un cours privé de taille des arbres fruitiers : ce n’est pas évident et il faut absolument connaître les bons gestes pour profiter d’une récolte abondante (taille trigème / arcure / poussée apicale) ou restaurer des arbres anciens qui ne portent plus !

Les sécateurs

Ne laisinnez pas sur l’achat d’un sécateur professionnel, c’est sans doute l’outil que vous utiliserez le plus souvent et en toute circonstance (couché pour les branches près du tronc, debout ou sur une échelle). Le plus important c’est votre confort : qu’il tienne bien dans la main, que sa lame soit démontable pour la nettoyer et l’aiguiser régulièrement et qu’il coupe de manière nette (proscrivez les sécateurs à enclume et à crémaillère).

Felco 2 : la rolls

Felco 2 secateurs

Ne cherchez pas trop loin, le Felco 2 est sans doute le sécateur professionnel le plus polyvalent. Son tranchant est sans faille, il se démonte entièrement et les pièces de rechanges sont on ne peut plus simple à trouver dans le commerce : lames, ressorts, pierre d’affûtage, manchon, graisse, liquide de nettoyage.

 

Sécateur professionnel Arno S1
Le sécateur professionnel S1 à poignée fixe est spécialement adapté aux usages intensifs. Il est muni d’une technologie de diminution des efforts de coupe grâce à une lame rainurée brevetée. Ce système exclusif permet d’économiser 35% d’énergie (ce qui est assez important). L’usage de matériaux haut de gamme assure une excellente fiabilité de ce sécateur Arno, l’emploi de polymères techniques antidérapants apporte, quant à eux, un meilleur confort d’utilisation. En plus d’une lame exceptionnelle  ce sécateur est muni d’une molette exclusive qui autorise une position 1/2 ouverture. L’utilisateur tourne instantanément la molette avec le pouce pour changer de position. Il utilise ainsi la 1/2 ouverture pour les bois dont le diamètre est inférieur à 12mm. Il repasse en grande ouverture pour les bois plus gros.
anim-S1
  • 2 ouvertures : molette rotative 2 ouvertures.
  • Lame rainurée en acier carbone.
  • Longueur 21cm.
  • Poids 260 g.
  • Coupe 25 mm.
  • Revêtement : Plastisol Bordeaux.

Mais ce que j’apprécie surtout avec la société Arno, c’est que c’est une entreprise créée à Thiers (en 1927), et rien que cette information me donne une bonne idée de la qualité supérieure de ce sécateur, car que ce soit mes coupe choux où certains de mes couteaux, les meilleurs proviennent de cette région ! Arno produit aussi un modèle SR1 muni d’une poignée rotative et des sécateur gaînés cuir ou à manche en bois d’olivier. De plus, juste le fait de savoir qu’il sont forgés à Thiers me donne envie de m’en procurer un.

Le taille branche

Le taille branche permet de tailler des branches de plus grosses section qu’avec un sécateur. Privilégiez un coupe branche muni d’un système démultiplicateur de force histoire de ne pas vous esquinter les poignets et le dos. Là j’opterais aussi pour les produits de chez Felco. Les modèles avec poignées en fibre de carbone (200C-60 et 210C-60) satisferont les clients les plus exigeants. Les deux matières de haute technologie utilisées, la fibre de carbone et l’aluminium matricé, confèrent à ces outils une légèreté et une résistance exceptionnelles.

FELCO 200C-60.jpg_Interflow JPG_500_true_-90.0

La scie pliante

En ce qui concerne les scies pliantes, mon coeur balance entre plusieurs modèles aux dents acérées et qui offrent la possibilité de tailler autant dans le geste de l’aller que du retour. C’est véritablement un plus, tant pour la facilité que pour la précision de la coupe. La première est la Bahco Laplander (que j’utilise) et qui possède une lame de 19cm : un véritable plaisir, car elle coupe sans problème les bois verts ou très durs.

bahco_laplander_saw_big

La seconde, est la scie pliante Gerber Gator, livrée avec deux lames de haute qualité, une à denture large et l’autre à denture fine. Elle permet de couper tout type de bois avec un minimum d’effort. La poignée caoutchoutée offre une très bonne prise en main et le système de changement de lame est à la fois très pratique et très fiable. Lame de 17 cm. Poids 310 g.

gerber-gator-exchange-a-blade-saw-463-p

La troisième, aussi une Gerber : la Myth. C’est une pliante avec une  poignée en caoutchouc texturé et une lame de 17cm en acier inoxydable avec bouton de fermeture sécurisée et trou de cordon en bout de poignée.

2011170

Pour un travail propre sur des pommiers et des poiriers, je déconseille la scie pliante Opinel, bien que ce soit un superbe outil de camping et d’activité de plein air.

La serpette

Surtout, arrêtez directement de penser à Panoramix en train de récolter son gui à califourchon sur une branche de chêne ! Ce qu’il emploie est une serpe et non une serpette ! La serpette est un couteau pliant à lame courbe interne pouvant d’ailleurs servir à tout travail de récolte dans un jardin potager (salades, courges, rhubarbe, etc …). En ce qui concerne les arbres fruitiers, la serpette vous servira essentiellement à nettoyer les bords des grosses branches taillées pour éviter la prolifération de champignons qui risquerait de se développer, de faire pourrir le bois et de transformer la blessure en chancre. En outre, elle servira aussi à cranter et inciser en dessous ou au dessus des yeux à bois sur les charpentières afin de favoriser ou de restreindre l’arrivée de la sève.

Comme les sécateurs : ne tombez pas dans le panneau de la serpette à bas prix, car c’est un instrument de haute précision. Mal aiguisée, vous blesserez l’arbre et si la lame est de mauvaise qualité, vous risquez la corrosion lors de tailles humides ou de trempages de désinfection et ce sera la maladie qui frappera votre plantation !

Comme d’habitude, je conseille une sepette Felco composée d’un manche en bois de feuillus avec platines en laiton massif et d’une lame en acier inoxydable 76 mm Victorinox. Je l’utilise tous les jours et elle s’aiguise très facilement (j’utilise une pierre de coticule et un strope avec pâte verte puis le cuir).V.1.93-00-FELCO-11035_medium

Mais, au niveau des serpettes, il y’a la reine des reines : les serpettes allemandes de la marque Tina tiennent le haut du pavé avec leur manche bois et leur lame acier carbone.

Les serpettes (lame 10cm) de la gamme régionale avec manche en corne, pointe de corne, ébène ou en os (ma préférée) de la coutellerie Le Fidèle sont quant à moi un véritable coup de coeur. Je possède depuis peu un couteau provenant de chez eux et c’est une lame plus que fiable en ce qui me concerne. En plus j’adore le guillochage sur le ressort et la lame.
Le gros coup de coeur de cette année réside dans un couteau suisse modèle « carver » custom vert alien de chez SwissBianco et qui comporte deux grandes lames, une lame serpette, un poinçon et une scie. Outil fantastique et surtout, grâce à sa couleur, impossible de le perdre dans le jardin !

Vous avez le choix, en revanche, comme pour la scie pliante, je ne prendrais la serpette Opinel, même si sa lame est très tranchante, je trouve que pour le travail à effectuer, le manche n’est pas pratique (mais j’en ai tout de même une et c’est un outil parfait pour le potager, le manche est à ce moment là parfait, surtout pour les salades).

Le couteau à chancre / Griffe arbre

Un outil particulièrement utile si vous possédez des arbres déjà anciens et qui, suite à des blessures n’ayant pas été nettoyées ou qui ont mal cicatrisé ont formé des chancres. A l’aide de ces outils, vous pourrez dégager aisément l’écorce et le bois mort, nettoyer et parer les plaies.

Mon rêve serait une serpette identique à la Le Fidèle en OS mais multifonction : avec une lame de serpette courte, une de serpette lourde, une lame droite avec encoche de découpe pour le câble plastique souple / fer, un crochet comme sur les canifs suisse pour tendre avec plus de force les câbles une lame greffoir, l’onglet de greffe en os (voire comme les anciens greffoirs, en ivoire) et une mini-scie avec les dents de ma Bahco Laplander, le tout tenant bien en main pour l’utiliser dans les pires postures … on peut toujours rêver !

Je passe le choix d’un greffoir, pour la bonne et simple raison que je ne greffe pas moi-même et Dieu sait que c’est une opération délicate. Je ne me permettrai donc pas de donner une opinion sur ces ustensiles arborico-chirurgicaux (fallait le sortir … ).

Conseil important pour tous les outils de taille

N’oubliez surtout pas, après chaque journée de taille, ou après avoir taillé un arbre atteint d’une maladie ou de champignons, de nettoyer et de désinfecter vos ustensiles de coupe dans de l’alcool (le gel et le spray désinfectant pour les mains fonctionne très bien en ce qui me concerne) ou dans une solution diluée de Dettol. Si vous ne voulez pas d’un des sécateurs présentés dans l’article, vous pouvez opter pour les sécateurs des marques Bahco et Fiskar (que je présenterai dans cet article quand j’aurai le temps).

Quand la saison de taille est terminée et avant de remiser vos outils pour l’hiver, n’hésitez pas à nettoyer à fond les lames avec de la laine d’acier et d’aiguiser toutes les lames avec une pierre diamantée, un système céramique (de type Spyderco par exemple) ou une pierre de coticule : n’oubliez pas de passer les lames au cuir pour qu’elles soient parfaitement coupantes et sans aspérités. Après cette étape, ne surtout pas oublier de protéger les lames en leur appliquant de l’huile ou de la graisse pour éviter de rouiller.

Les ligatures

Pour lier les espaliers, sans les blesser, il existe deux médiums : les tubes flexibles ou aussi appelée ligature souple et le raphia qui est une ligature naturelle. Il est très important de ne jamais utiliser une ligature contenant un fil de fer au risque de blesser vos arbres et arbustes en sectionnant les branches lors de leur croissance !

La ligature souple en PVC, d’un diamètre de 3.5mm, est très résistante et très souple à la fois, elle permet aussi d’attacher solidement les étiquettes pour qu’elles ne battent pas vent sur les arbustes sans gêner leur croissance. Un des autres avantage de la ligature souple en PVC réside dans la facilité de la couper et de la nouer : deux tours autours de la branche et un noeud plat, c’est tout ! Mais surtout, bien qu’elle soient flexibles, n’oubliez pas de contrôler chaque année de vérifier si vos ligatures ne marquent pas ou n’étranglent pas les branches.

ligature-souple-fixation-3mm-z (1)

Le principal problème des ligatures en PVC réside dans leur conditionnement en bobine. Une fois la partie à couper tirée, la plupart du temps tout s’emmêle. Vous pouvez la transporter dans votre porte-outils, quand vous tirerez dessus, vous viendrez avec la bobine entière … quand il n’y a qu’un espalier, ça passe encore. Pour ceux qui, chaque année, devront ligaturer leurs arbres palissés, la marque anglaise Haws a créé spécialement un porte ligature/dérouloir en cuir à ajouter à votre trousse à outils de jardin. Je me laisserai bientôt tenter, je le sens.

HL008_StringPouch

Le raphia, quant à lui, est une base de ligature biodégradable et naturelle. Il est principalement utilisé pour réaliser les greffes d’arbres fruitiers mais, avant l’apparition du plastique, servait aussi pour ligaturer les branches des arbres palissés (on utilisait aussi du saule pour les liens les plus serrés). Le raphia est donc, si vous voulez ligaturer à l’ancienne en lien faible et moyen, le meilleur matériau : il est biodégradable (une année et il se désagrège, vous n’oublierez pas d’aller les couper), il est plus ou moins souple et si la section de la branche devient plus importante, il rompra sans la blesser.

raphia_naturel-z

Malheureusement, le raphia est moins pratique à nouer et à couper … il vous sera donc nécessaire de vous munir d’une « pince à plier« .

La première pince à lier est la pince manuelle de chez Ligapal. On entoure le sarment et le fil avec le lien, tout en tenant le lien avec la main libre, on place le crochet à l’endroit de la boucle, on tire et le noeud est fait. Le crochet revient en place automatiquement grâce à un ressort, il ne reste plus qu’à couper la ficelle avec les ciseaux du lieur. En fin de saison, la ficelle se détruira d’elle même.

lieur-vigne-ligapal

La seconde pince (Lonneo) permet en un seul geste de réaliser des attaches solides et durables. En actionnant la pince, l’opérateur coupe et agrafe un ruban autour des deux parties à lier. Elle fonctionne avec un ruban et un chargeur d’agrafes. Elle est utilisée en pépinières, arboriculture, viticulture. Economique, robuste et rapide à mettre en oeuvre, elle permet de poser une attache qui ne blesse pas la plante. Les différentes couleur de rubans peuvent aider à différencier les plants.

pince-lier-lonneo-1_1

Un bon pantalon pour travailler au jardin

Pour ceux qui n’ont jamais assez de poches pour emporter avec eux tout leur matériel, mais qui souhaitent un vêtement léger, aéré et qui repousse l’eau, je ne saurais trop vous conseiller les pantalon de la marque Herock conçus en cordura – hyper résistant et anti-salissures – et peuvent accueillir des protections de genoux intégrés. Je vous conseille particulièrement les séries Hercules et Dagan (ce que j’ai et je n’ai plus besoin de holsters additionnels).

Le badigeon de chaux et les traitements

Il reste une étape pour bien protéger vos arbres fruitiers : les protéger contre les maladies cryptogamiques et les insectes. Le badigeon de chaux à appliquer sur le tronc et le début des charpentières est un traitement préventif, certes assez ancien, mais qui fonctionne chez moi. De plus, les troncs chaulés sont assez beaux à regarder. Le badigeon de chaux protège et désinfecte les troncs d’arbres tout en créant un effet barrière significatif. Son efficacité immédiate fait obstacle aux parasites et permet de lutter efficacement contre les intempéries et le gel en particulier.

Le badigeon de chaux s’applique sur le tronc des arbres fruitiers au pinceau au printemps (mais j’en mets aussi en automne) après frottage à la brosse en nylon ou en fer des parties à protéger. N’oubliez surtout pas de bien mélanger le liquide avec l’amalgame de chaux et ne vous inquiétez pas que ce ne soit pas tout à fait blanc lors de l’application sur votre premier arbre : il faut un bon quart d’heure pour que ça sèche.

Afin d’éviter l’infection d’une plaie ou de la taille d’une grosse branche ou de la tête d’un arbre, il est généralement conseillé d’utiliser du mastic cicatrisant, surtout pas un bitume ou du goudron ! La saison prochaine, ce mastic s’effritera et la plaie sera logiquement bien cicatrisée (protégée de l’air, de l’eau et des champignons).

N’oubliez surtout pas de bien frotter la plaie, éliminer les bords avec la serpette et nettoyer la plaie à l’eau avant application d’un mastic cicatrisant : il ne faudrait pas enfermer des germes ou des spores dans la plaie. Les anciens faisaient plus simple … ils frottaient les plaies avec un simple morceau de charbon de bois.

Et pour éviter que les insectes rampants (surtout les fourmis qui élèvent les pucerons) ne montent sur vos fruitiers, vous pouvez, en plus du badigeon de chaux entourer les troncs et les charpentières (ainsi que les tasseaux écarteurs sur les murs) avec de la glu à insectes.

Pendant la saison, si vous avez beaucoup de pucerons, n’hésitez pas à pulvériser avec un mélange d’eau et de savon mou : c’est tout à fait biologique ! Le savon mou est utilisé pour lutter contre les pucerons, les cochenilles, les araignées rouges, les aleurodes, les psylles et autres thrips. C’est un insecticide de contact ; il tue les larves (en les étouffant) et nettoie le miellat qui englue les feuilles. Le savon mou se dilue à raison de 20gr/l d’eau tiède, on laisse refroidir et on pulvérise généreusement (sans oublier l’envers des feuilles).

Mais le savon mou peut aussi servir mouillant càd un produit qui facilite la dispersion et la pénétration d’une préparation liquide à base d’eau. Ainsi, le traitement est plus efficace et moins sensible au lessivage. Moi je l’utilise surtout pour fixer la Bouillie Bordelaise à raison de 10gr/l d’eau tiède.

Au cas où vous ne seriez pas satisfait de votre pulvérisateur, je vous conseille le Cosmo 18 Pro Berthoud. C’est le pulvérisateur à dos idéal pour le soin des plantes pour un jardin d’une surface supérieure à 700m², et est le produit de référence des professionnels.

  • Orifice de remplissage grand diamètre 125 mm. Fond de cuve incliné.
  • Poignée de transport.
  • Glissière pour rangement aisé de la lance.
  • Bretelles renforcées en mousse et ajustables.
  • Réservoir gradué en polypropylène jaune translucide.
  • Pompe de mise en pression manuelle 6 bars. Levier de pompage réversible droitier / gaucher.
  • Tuyau haute résistance.
  • Poignée de commande ouverture/fermeture avec filtre intégré.
  • Lance aluminium de 60 cm.
  • Livré avec buse à turbulence réglable avec pastille pour jet droit ou brouillard.

Mais vous pouvez aussi adopter une colonie de coccinelles dans votre jardin. A cet effet, il existe de nombreux abris à insectes dans le commerce. En revanche, en Belgique, vous ne trouverez plus en vente directe les larves de coccinelles. On m’a expliqué que ça avait été régulé à cause d’une importation de larves étrangères. Vous pouvez tout de même en commander directement sur le site Adalia.

Regardez bien sur ce site, ils n’ont pas que des coccinelles : ils ont pleins d’autres auxiliaires et des pièges à phéromones qui vous aiderons à combattre activement les indésirables, à conditions de ne pas passer une couche d’insecticide qui risque aussi de les tuer.

Les holders

Rêvez pas, vous ne mettrez pas tout dans vos poches même si vous portez un pantalon militaire, pour la bonne et simple raison que vos outils doivent être à portée de main sur une échelle ou perché sur une branche à quelques mètres de hauteur. Il est donc indispensable de vous munir de holders adaptés, histoire aussi de ne pas déposer vos outils et de vous retrouver à les chercher dans tout le verger … ça arrive assez souvent. Privilégiez les holders avec clip d’attache plutôt que les passe-ceintures.

En ce qui concerne le sécateur et la scie pliante : faites confiance aux fabricants càd Felco et Bahco.

F910 pro_f-hetuicuir-z

La taille des arbres non-palissés

N’oublions pas qu’un arbre fruitier a besoin de plusieurs heures d’ensoleillement par jour et de ne pas être en contact ou à proximité d’arbres malades : ces paramètres aiderons à un bon développement de vos arbres, une  bonne pollinisation ainsi qu’un coût réduit d’entretiens en soins phyto. Si vous avez des arbres trop hauts ou qui produisent de grandes zones d’ombres sur vos fruitiers, ou des arbres malades, je vous conseille de prendre contact avec un élagueur professionnel en taille douce. Ces expert n’hésitent pas à grimper, en toute sécurité à l’aide de cordages, dans les arbres pour les élaguer et évitent le plus possible tout dégât au sol, dans votre jardin. Si vous êtes situés en Belgique, je vous conseille de faire appel à Julien Misonne : rapide, compétent et extrêment soigneux.

Le stockage des fruits

Rien à voir avec la taille, à part que le résultat d’une bonne taille amène à une bonne récolte de fruits. Je voudrais préciser que la plupart des pommes et des poires ne se mangent pas directement cueillis sur l’arbre (sauf si vous attendez qu’ils tombent). La récolte a généralement lieu aux alentours du 15 septembre, mais la maturation du fruit ne correspond pas nécessairement à la maturation gustative de ce dernier. Le fruit va en fait passer par plusieurs stades dans sa maturation : changements d’aspect, de toucher et d’odeur. Résultat des courses, il arrive que vous trouviez que vos pommes soient acides, trop dures ou farineuses : c’est que vous ne les avez peut être pas laisser reposer et qu’elles ne sont pas à maturation gustative.

Que ce soit les pommes où les poires, cette maturation gustative est là lorsque le fruit a changé de couleur par rapport à sa couleur de cueille (ex : pour certaines poires, elles passent du vert au jaune doré). Mais il est clair que chaque sorte possède une durée de maturation et de conservation différente (avec une différence entre fruit de table et fruit de garde).

Il est donc nécessaire de remiser les fruits – impératif, si vous décider de faire du jus ou du cidre, car la chaire du fruit doit devenir un peu molle – mais comment ? L’idéal est de les conserver sans qu’aucun fruit ne se touche ni ne risque de rouler, dans un endroit sombre et aéré. Heureusement, il existe du matériel spécifique au stockage de pommes et de poires, composé de cagettes en bois pourvues d’un fond avec des emplacements. Vous en trouverez chez Botanique Edition, chez Haws (c’est cher), mais aussi à très bon prix sur le site anglais Apple Storage.

Les poires, et particulièrement les William, nécessitent un petit traitement supplémentaire si vous souhaitez les conserver un peu plus longtemps. Vous pourrez cacheter leur queue (avec de la cire à cachet, comme pour les bouteilles de vins). Cette action a pour effet de cautériser la queue et éviter la déshydratation et évider un épanchement de sève. La poire est très fortement gorgée d’eau, il faut donc boucher la « fuite ». Dans la pratique, ce traitement ralentit leur flétrissement car la queue, si elle est ouverte, permet une aération et donc un assèchement du fruit voire contribue à son pourrissement.

Les livres et manuels

Parler des outils de taille est une chose, tailler en est une autre. En plus d’un cours privé à votre domicile sur vos propres arbres (un en hiver et un en été pour apprendre les deux types de tailles), je vous conseille de lire deux livres exceptionnels sur le sujet.

La taille des arbres fruitiers : Mode d’emploi (Denis RETOURNARD et Jacques BECCALETTO)

En s’appuyant sur des dessins d’une grande précision, ce livre décrit, pas à pas, espèce par espèce, toutes les étapes de la taille des principaux fruitiers pommier, poirier, pêcher, abricotier, prunier, cerisier, vigne, figuier, olivier. Principes généraux. Taille de formation : plein vents, fuseaux, gobelets, cordons, palmettes, tridents, U simples, U doubles, candélabres, treilles, etc.

Toutes les formes simples et attractives, présentant un intérêt pour les jardins d’amateurs, sont ici présentées : origine, avantages, inconvénients, porte-greffes conseillés et formation, à partir d’un scion ou d’un sujet déjà préformé du commerce. Taille de fructification et d’entretien : qu’il s’agisse d’un simple élagage périodique, ou d’une taille d’hiver annuelle rigoureuse, suivie d’opérations complémentaires en été, le type de taille adapté à chaque situation est décrit en détail. Taille de restauration : les opérations permettant de restaurer les arbres âgés ou déséquilibrés sont également présentées.

Encyclopédie des formes fruitières (Jacques BECCALETTO)

Un ouvrage exhaustif, qui s’articule autour de dix grands points : exemples de projection de quelques formes fruitières, les porte-greffe des arbres fruitiers, tableaux des porte-greffes, description des organes végétatifs, vigueur et comportement végétatif, densité de plantation selon la forme adoptée, les différents types de plantations fruitières, les formes fruitières présentes au Potager du Roi, les formes fruitières ayant existé au Potager du Roi, description des principales formes fruitières.

L’auteur est depuis quarante ans responsable des cultures du Potager du Roi à Versailles. Ce célèbre verger, créé sous Louis XIV, constitue la plus grande collection de formes fruitières du monde. Le jardinier en chef livre ici tout son savoir sur la conduite des arbres fruitiers en boule, en candélabre, en colonne, en cordon, en croisillon, en éventail, en fuseau, en gobelet, ou bien encore en palmette… Il explique l’origine, les avantages et les inconvénients de chacune des formes décrites, les variétés d’arbres fruitiers concernés, les porte-greffes conseillés, la durée nécessaire à la formation et les époques d’intervention pour la taille. L’ouvrage est illustré par des dessins élégants et précis à l’encre de Chine et des photos prises dans le Potager du Roi.

Les auteurs

Denis RETOURNARD
Denis Retournard est depuis plus de vingt ans responsable de la très riche collection fruitière du Jardin du Luxembourg, à Paris. Il est, par ailleurs, chargé des cours sur la taille des arbres fruitiers que le Jardin du Luxembourg prodigue aux amateurs. Il est, entre autres, l’auteur d’« Arbres fruitiers », paru en 2003 aux éditions Ulmer.

Jacques BECCALETTO
Jacques Beccaletto est depuis plus de 35 ans responsable des cultures du Potager du Roi de Versailles. Ce verger fameux, créé sous Louis XIV, constitue la plus grande collection de formes fruitières du Monde et Jacques Beccaletto en est un des meilleurs connaisseurs. Il est également l’auteur de l’« Encyclopédie des formes fruitières », parue en 2001 aux éditions Actes Sud.

Ajoutez un porte-outils de votre choix tout en sachant que, si vous palissez, il faudra qu’il puisse contenir une grosse bobine de câble PVC souple (et la maintenir en place quand vous tirerez sur le bout), votre ou vos serpettes, un couteau de poche, un tube de graisse pour sécateur, la pierre à aiguiser, le spray nettoyant, un chiffon et enfin, un spray de désinfectant (pour vos outils et vos mains) et de quoi soigner une coupure ou des cloques (aiguille, pince à épiler pour enlever une écharde, sparadraps, …).

N’hésitez pas à commentez si vous avez d’autres outils pour compléter la panoplie de la taille des arbres fruitiers ou de ceux que je ne connaîtrais pas, l’article sera mis à jour en fonction de mes découvertes et les commentaires sont toujours les bienvenus.

 

Tags :

 
Alternative Text Logisticien de Recherche, Historien de l'Art, Archéologue, Agrégé de l'Enseignement Secondaire Supérieur, Infographiste 3D et motion design, Webdesigner, photographe amateur et rédacteur principal de Pleasureblog, je suis passionné par le Design, la Décoration, l'Artisanat et les objets High-Tech.

2 Comments

  1. Il est vrais que j’ai oublié quelques outils indispensables à l’entretien des arbres fruitiers dont : une brosse nylon et une brosse métallique pour nettoyer les charpentières, un bon pulvérisateur pour l’application de la bouillie bordelaise et autres produits, un plantoir pour la mise en place de scorilles de potasse, et la présentation de l’application de la chaux sur les troncs … mais tout ça ce n’est pas pour la taille au vert !

  2. Bon j’ai un peu plus compléter l’article, histoire qu’on se se pose pas trop de question sur l’entretien et les soins à prodiguer aux arbres fruitiers. Il restera encore quelques points à traiter comme l’application du Patentkali et des scories potassées pour une bonne fructification ainsi qu’une petite introduction à la taille trigème et à l’arcure.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *