Pages Navigation Menu

Luxe, Lifestyle, Mode, Déco, Design, High-Tech

Machines à café : la force de la pression

Machines à café : la force de la pression

Après les différentes machines à espresso et les machines à dépression, je souhaite vous présenter quelques modèles de machines à pression sans électricité. Ces machines, basées sur le principe de l’augmentation de pression et de la gravité (un peu comme les Bialetti qui utilisent le principe de percolation par pression), un peu spéciales pour certaines, vous délivrerons un espresso de grande qualité, avec un plaisir visuel, aromatique et olfactif sans conteste.

Principe des machines à café à pression

Pour rester simple, il s’agit de « machines à café » comprenant un réservoir à eau mis sous pression en faisant chauffer le réservoir d’eau. Une jauge vous indique la pression du réservoir que l’on libère à l’aide d’une valve conduisant l’eau bouillante dans le filtre. Ces machines sont, de plus, pourvues d’une seconde valve menant à la buse de vapeur d’eau, histoire de faire mousser le lait. Simple, pratique et utilisable même sur un réchaud à gaz si vous aimez le camping …

Bacchi Stovetop Espresso Machine

La machine Bacchi Espresso est une machine italienne capable, avec ses 9 bars de pression, de réaliser des cafés espresso de même facture que ceux dégustés dans les bars italiens les plus célèbres. Son design est élégant, d’une solidité à toute épreuve, d’une utilisation facile, et surtout, elle procure le plaisir d’un espresso parfait à chaque tasse. Constituée de deux compartiments séparés par un porte-filtre qui contient une dose de café, son système ingénieux démultiplicateur de pression et un contrôleur de température, vous permettront d’obtenir des espresso riches et onctueux en quelques gestes extrêmement simples.

Compatible gaz, plaques électriques et vitro-céramiques, la Bacchi réalisera un espresso simple, double ou deux espresso en même temps. Comptez 350€ pour cette machine d’exception !

Bellman CX-25 Espresso 18/10

Basée sur le même concept que la Bacchi, les Bellman CX-25 ne délivrent pas 9 bar de pression. Néanmoins vous en trouverez déjà aux alentours de 120$.

« La Sorrentina » Atomic Type Coffee Machine / Otto Espresso

Pas véritablement des machines à pression comme les deux précédentes, l’Atomic et la Otto sont à classer – à l’instar des machines Bialetti – dans les machines à percolation par pression, mais elle sont pourvues d’une tige à pression pour chauffer et faire mousser le lait. Cette tige plonge – un peu plus profondément, il me semble – dans le réservoir d’eau et utilise l’excédent de liquide. C’est pour cette raison que j’ai décidé de la présenter dans cet article bien qu’elle soit à mettre un peu à part des machines 100% à pression. L’avantage de ces deux machines est de pouvoir produire, dans le bol de réception, entre 6 à 8 tasses de café.

Sorrentina Atomic

Otto Espresso

L’Atomic été conçue à la fin des années 40 par le designer italien Giordano Robbiati de Milan. Elle a été commercialisée a travers le monde sous divers marques Stella (Autriche), Qualitat (Hongrie), Robbiati (Italie), A&MG Sassoon (Royaume-uni), Bon Trading (Australie), Thomas Cara, la Table (les Etats-Unis). Faisant un café incomparable au dire de ses fans, elle n’était malheureusement plus produit juqu’à ce qu’Ikon Export, une firme australienne et la Bellman Company de Taîwan s’associent pour la faire revivre sous la marque Sorrentina. Chaque machine est assemblée à la main et testée individuellement.

Si vous êtes intéressés par ce type de machine à café, la différence entre la Sorrentina et la Otto, si vous hésitez entre l’une ou l’autre, réside principalement dans la manière de remplir le réservoir d’eau (ceux qui connaissent mieux ces machines peuvent préciser en commentaire et je compléterai ou rectifierai l’article) :

  • Sorrentina Atomic : le bouchon de remplissage se situe sur le coude de la machine.
  • Otto Espresso : le conteneur de café sert de prince pour desserrer le haut du réservoir d’eau.

Comptez, tout de même, 450$ pour une Sorrentina Atomic et environ 689$ pour la Otto Espresso.

 

Alors que certains n’hésitent pas à boire du jus de chaussettes sans sourciller, d’autres ne peuvent apprécier leur café qu’après plusieurs étapes dignes d’un chimiste extrayant la moindre molécule olfactive et gustative. N’oubliez pas qu’un espresso réussi nécessite le respect de certaines règles :

  • Un café fraîchement moulu (si possible, juste avant de démarrer la préparation) pour un maximum d’arômes. Je connais certaines personnes qui rangent leur filtre dans le frigo : sous-disant les arômes sont alors plus forts.
  • Bien tasser le café moulu avec un tamper dans le filtre de votre machine. Un ami trouve qu’en enfonçant son doigt deux ou trois fois dans le café pressé, la percolation est meilleure … je ne vois pas de différence en ce qui me concerne.
  • Arrêter de passer le café quand sa couleur devient plus claire (environ 20 secondes) : c’est espresso, on recherche la concentration de l’arôme ! Laissez la tasse sous le filtre pour récupérer jusqu’à la dernière goutte. Un espresso, c’est généralement, grand maximum, la moitié de la contenance de votre tasse (me montrer pas votre mug d’1L !).
  • Pour le lait : que du lait entier froid ! On le verse dans une petite cruche métallique, on place la buse (juste le bas de la buse, ne jamais l’entrer complètement dans le lait, ça ne moussera pas), on ouvre la vanne progressivement au début puis à fond. Pour que ce soit plus « moussu », je rajoute personnellement un peu de crème et je chauffe à deux reprise (espacée d’une minute), histoire que la mousse soit bien dense.
  • A ne jamais oublier : toujours nettoyer à l’eau claire, jamais dans un lave-vaisselle, et si il y’a besoin d’une éponge, elle doit être dédiée à la machine. Je dis ça, car j’ai failli me faire suicider par un ami sicilien m’ayant assuré que ma Bialetti allait me passer un jus infecte portant le goût du produit vaisselle. Résultat j’applique le principe à toutes mes machines à café.

Mon cœur balance fortement entre la Bacchi et la Otto ! Attention que cet article sur les machines à pression ne clôture pas le tour d’horizon que je fais sur le café : il restera à voir les machines à piston, le café préparé à la turc, l’extraction à froid, les moulins à café et certainement un article sur les ustensiles pratiques (tamper, doseuse, tapper, etc… ).

 

Tags :

 
Alternative Text Historien de l'Art, Archéologue, Agrégé de l'Enseignement Secondaire Supérieur, Etudiant en techniques infographiques 3D, Webdesigner, photographe amateur et rédacteur principal de Pleasureblog, je suis passionné par le Design, la Décoration, l'Artisanat et les objets High-Tech.